La génétique des gerbilles


Quelques notions de base de génétique générale :

La cellule

L'information génétique de chaque individu, plante ou animal, se trouve dans le noyau de ses cellules. Tous les noyaux des cellules contiennent la même information, qu'on nomme patrimoine génétique. On trouve cette information dans les chromosomes.

Les chromosomes

Chaque chromosome est formé de deux chromatides, qui sont réunies en un point. Un chromosome a donc la forme d'un X, avec les deux branches de gauche formées par une chromatide, et les deux branches de droite formées par l'autre chromatide. Chaque chromatide est constituée d'une molécule d'ADN (acide désoxyribonucléique), enroulée et entortillée sur elle-même jusqu'à former ce petit bâtonnet qu'est la chromatide.

Les cellules sexuelles (spermatozoïdes et ovules) contiennent chacune une seule chromatide. En effet, une cellule sexuelle résulte de la division d'une cellule “normale” et de la répartition de son patrimoine génétique dans les deux cellules-filles.

Lors de la fécondation, les noyaux d'un spermatozoïde et d'un ovule fusionnent, mettant en commun les chromatides du père et de la mère. Cela forme ainsi un nouveau chromosome qui contient pour moitié les caractères du père et pour moitié ceux de la mère.

Les gènes

Chaque caractère (ex. couleur des yeux, couleur des cheveux…) est codé par un fragment de la molécule d'ADN, que l'on nomme gène. Chaque chromatide est une succession de gènes codant chacun pour un caractère différent. Sur la deuxième chromatide, nécessaire pour former le chromosome, on trouvera le même enchaînement de gènes.

Considérons par exemple le caractère couleur des yeux. On trouvera à un endroit d'une chromatide, le gène codant pour la couleur des yeux. En face, sur l'autre chromatide, et au même endroit, on trouvera ce même gène. L'ensemble de ces deux emplacements s'appelle locus. Un locus est donc l'endroit où l'information génétique code pour un caractère (sur les deux chromatides d'un chromosome).

Les allèles

Par exemple, pour le caractère couleur des yeux, on peut trouver des yeux roses ou des yeux noirs. L'information codant pour les yeux roses ou noirs se trouve toujours au locus couleur des yeux. Or le locus porte deux gènes, un sur chaque chromatide. Ils peuvent être différents. Deux gènes différents codant pour le même caractère s'appellent des allèles. (Quand ils sont différents pour un même locus, on dit que l'individu est hétérozygote pour ce caractère. S'ils sont identiques, l'individu est homozygote pour ce caractère.)

Dans notre exemple, on peut trouver des yeux noirs et des yeux roses. On aura donc l'allèle yeux noirs et l'allèle yeux roses. Admettons qu'un individu ait un allèle yeux noirs et un allèle yeux roses pour le locus couleur des yeux. Il aura les yeux noirs : en effet, l'allèle yeux noirs est “plus fort” que l'allèle yeux roses, donc lorsque les deux seront au même locus, c'est le yeux noirs qui “gagnera”. Par contre lorsqu'il y aura deux allèles yeux roses, l'individu aura les yeux roses. Et lorsqu'il aura deux allèles yeux noirs, il aura bien sûr les yeux noirs.

On dit que l'allèle yeux noirs est dominant par rapport à l'allèle yeux roses. Ce dernier est récessif par rapport au yeux noirs. On symbolise généralement les gènes par une lettre ; alors les allèles sont symbolisés par cette lettre en majuscule pour le dominant, et en minuscule pour le récessif. Exemple : la couleur des yeux est codée au niveau du locus C. On aura comme allèle dominant yeux noirs : C, et comme allèle récessif yeux roses : c. Le patrimoine génétique pour la couleur des yeux de l'individu cité ci-dessus sera donc noté Cc.

Pour certains gènes, il existe des allèles codominants ; par exemple : chez la poule, la couleur du plumage : plumage blanc et plumage noir sont codominants alors lorsqu'une poule a ces deux allèles, elle est dite 'bleue' (une teinte de gris, en fait).

On note ainsi chaque caractère connu. Par exemple pour les gerbilles, on connaît les locus : A (ventre blanc et tiqueture), C (albinos), D (couleur diluée), E (extension du jaune), G (extension du gris), et P (yeux roses). On symbolisera donc une gerbille, par exemple, par la succession : Aa CC DD Ee gg Pp. C'est ce qu'on appelle le génotype.

On déduit en général le génotype de l'apparence de la gerbille : le phénotype (mais aussi du génotype des parents lorsque celui-ci est connu). Par exemple, une gerbille agouti serait AA CC DD EE GG PP. Mais une gerbille agouti peut aussi être Aa Cc DD EE Gg Pp. Ce qui est important, c'est qu'il y ait un des allèles dominants à chaque locus ; l'autre allèle peut être récessif ou dominant. Comme on n'a pas forcément moyen de savoir, on note : A* C* D* E* G* P*. L'* (ou le - ) signifie qu'on ne connaît pas, ou que peu importe, l'allèle à ce locus.

On n'a de moyen de savoir qu'il y a un allèle récessif que :

  • si les deux allèles sont récessifs, donc le caractère s'exprime
  • si on le déduit à partir du génotype des parents ou de la descendance

Pour le détail des gènes et couleurs de gerbilles, voir la génétique des couleurs de robes.

Pour l'application à l'élevage et le calcul des couleurs que vous pouvez obtenir, voir l'application de la génétique des couleurs.

    Driven by DokuWiki Recent changes RSS feed